Déclaration Préalable CSEE Orange France Siège

Orange France Siège

Déclaration Préalable CSEE Orange France Siège

télécharger

du 27 septembre 2022

Monsieur le Président,
Mesdames et Messieurs les élus et représentants du CSEE OFS (Orange France Siège),


La délégation CFDT du CSEE OFS alerte sur les dégradations générales et constantes voire croissantes constatées au sein du groupe Orange et des impacts très sensibles au sein des entités, dont Orange France Siège que nous représentons aujourd’hui.


La dégradation du climat social, dont les media se font écho avec ironie parfois, se développe dans le terreau du mépris envers les salariés. Du refus de la direction générale de reconsidérer la question du pouvoir d’achat et de la NAO (déjà à 5% chez Bouygues), jusqu’aux réorganisations sauvages ou petites adaptations discrètes à Orange France siège, sans que jamais, malgré nos demandes simples, calmes et claires n’aient trouvées de réponses, l’attitude en surplomb de toute la chaine managériale fait craindre le
« remake » d’un mauvais film déjà joué il y a plus de 10 ans.
Que se passe-t-il Monsieur le Président ?


La dégradation du respect des accords se banalise. Plusieurs managers imposent une révision des contrats de télétravail de leurs salariés, demandant à ne jamais excéder deux jours par semaine alors que l’accord en permet 3, et que ces mêmes salariés télétravaillaient précédemment 3 jours par semaine avec des résultats professionnels reconnus.
Les révisions des contrats portent également sur la durée de l’engagement en télétravail sur une seule année au lieu de deux jusqu’à ce jour- et pourtant bien prévus dans l’accord.
Les managers se disent, je cite : « traqués par les RH« , eux-mêmes parfois contraints de véhiculer des messages qu’ils désapprouvent. Ce constat se fait malgré une enquête triennale du stress et de la santé au travail en très forte dégradation y compris à Orange France Siège.
Que se passe-t-il Monsieur le Président ?

La dégradation au sein du CSE et dans le dialogue social s’accroit. Après les belles déclarations de début d’année où chacun exprimait son souhait d’un dialogue de qualité, basé sur l’écoute et le respect, sur la construction et l’attention portée aux salariés et aux projets qui les concernent… Nous n’avons pas de réponse à nos questions du premier semestre, notamment sur la vision de DGP après les nombreux changements managériaux, sur les heures supplémentaires, sur les moyens renforcés à l’évaluation de la charge de travail.
Vous avez par ailleurs refusé d’ouvrir des négociations sur la réorganisation de la Direction Digitale. Nous ne participons à aucun GPP (Groupe Pluridisciplinaire de Prévention) ce qui supprime des marges de manœuvre au CSE, malgré l’accord social du
13 mai 2019.
Vous avez également refusé de désigner un expert à la maille de l’établissement sur le bloc 3, en dépit de récentes décisions de la Cour de Cassation sociale. Enfin, aucun expert ne vient expliquer aux élus la mise en place du nouvel outil MyWay.
Que se passe-t-il Monsieur le Président ?

Cette dégradation interne générale engendre tout à fait naturellement un tel mal-être, un tel découragement et un réel désengagement, que le travail produit se dégrade lui-même et entraine dans sa chute la qualité du service client tant commercial que technique au sein de la boucle locale, tant entreprise que grand public, avec des informations terrain qui font état de taux de rdv non honorés allant jusqu’à 60%.
Les situations de crise se multiplient et nos salariés s’épuisent à voir sous leurs yeux se dégrader leur outil de travail et le fruit de leur travail par des décisions peut-être hâtives, mais surtout sans concertation.
Que se passe-t-il Monsieur le Président ? « N’êtes-vous pas comme nous un salarié Orange ? »

Cette dégradation du travail, des relations internes, des résultats, du service rendu, des relations salariés-managers puis
salariés-clients sont autant de facteurs de stress et de souffrance au travail.
Nous alertons, nous interpellons, nous questionnons depuis des mois et pourtant vous restez sourds.
Devons-nous considérer que le CSE n’est qu’une convenance juridique, une sorte de pantomime et nos rendez-vous mensuels un simulacre de dialogue social ? ou doit-on considérer, conjointement, en acteurs responsables qu’il est grand temps de changer nos façons de travailler pour enfin construire ensemble et progresser collectivement.

Certes nous ne sommes pas dupes et nous savons que cette instance n’est pas pérenne et n’aura pas le même profil dans un an. Mais nos collègues et notre entreprise seront toujours là… ou pas ? A nous de décider de contribuer au succès ensemble et ne pas laisser aller le déclin.

La délégation CFDT du CSE OFS vous demande, de nouveau, Monsieur le Président, un travail en profondeur sur la qualité et les apports attendus du CSE et du dialogue social au service du siège et des entités qui en dépendent.

Merci
La délégation OFS de la CFDT Orange

Pour suivre toutes nos publications, veuillez cliquer ici

Pour vous abonner, veuillez cliquer ici

Les commentaires sont fermés.

Retour haut de page